À gauche, BV5000 en acquisition sur son trépied au fond de l’eau. À droite, les 3 sphères représentent le volume maximal inspecté par le BV5000 sur 3 stations différentes.

Année : 2014

Partenaires : étude interne

Il est relativement clair que les capteurs acoustiques de type BV5000 permettent d’obtenir des images de détails que ne peuvent pas atteindre les multifaisceaux de surface. Toutefois deux problèmes essentiels restent un frein à leur utilisation :

  • La difficulté et le temps de mise en œuvre (déploiement sur trépied, nécessité de cibles) ;
  • Le traitement des points de contrôle et le traitement des nuages de points (« surface matching ») ;
  • Le géoréférencement de la scène dans un repère géodésique absolu.

Les systèmes de surfaces présentent l’avantage de permettre des levés rapides des infrastructures subaquatiques et de déterminer des défauts globaux (verticalité par exemple), mais leur résolution et pouvoir de détection reste limité physiquement. Les caméras acoustiques, lorsqu’elles sont déployées plus près des structures permettent d’obtenir des nuages de point de meilleur résolution et donc de détecter la présence de défauts locaux de relativement petite taille. Cependant le recalage et le géoréférencement de ces images reste le principal problème et peut être très couteux en temps de déploiement.